Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog à Fen

Last Night On Earth : Présentation

2 Mai 2012 , Rédigé par Fencig Publié dans #Jeux de Plateau

 

 LNOE-Cover.jpg On ne compte plus le nombre de jeux de plateau et autres jeux de figurines sur le thème d'une invasion de zombies.  

 

 Mais dans cette offre pléthorique, hormis pour ceux ayant la chance de posséder l'ancestral ( et vraiment très moche) "Maul of america", directement inspiré du film de Romero, il était jusqu'alors difficile de mettre la main sur un jeu dont l’atmosphère collait parfaitement aux films de serie B établissant les classiques du genre.

Ça tombe bien, Flying Frog Production, bien qu'étant des guignols paranoïaques qui refusent qu'un éditeur Français ne traduise leurs produits de peur qu'on ne les spolie, ont eu la bonne idée de sortir une bombe sur ce thème comme premier jeu.

Bon... En même temps si leur premier jeu n'avait pas été une bombe ils ne seraient sans doute plus là...

Ceci étant dit, examinons le bestiau de plus pres.

 

_ Tout d'abord la boite, volumineuse, solide, superbement illustrée de photos semblant directement issues des dits films de série B et aillant le mérite d'etre remplie raz la gueule de matos luxueux.

Ineterieur-boite.jpg

 

 

_ Poursuivons directement par la cerise sur le gateau : les figurines. En plastique « mou » ( une sorte de caoutchouc quoi...) elles n'en sont pas moins superbement sculptées et nous offrent le luxe de 3 sculptures différentes pour les zombies. La classe.

Fig-Sheriff.jpg LNOE-figs.jpg

 


_ Le plateau de jeu modulaire, composé de 6 pièces en L différentes, dont 4 seront choisies aléatoirement avant d'être placées autours de la pièce centrale lors de chaque partie.

LNoE3 

Les illustrations des 8 pièces ( la centrale étant recto-verso) sont d'un style plutôt « simpliste » mais néanmoins « sombre » . Entendez par là que les détails et les teintes choisies réussissent, malgré le coté dilettante des dessins, à donner à la surface de jeu une ambiance adéquate. Mais cependant, le graphisme de ces pièces est pour moi le point faible du jeu au niveau des composants. Dommage de fournir des figurines de qualité, des cartes de jeu « photoréalistes » des fiches de persos dotées de photos de modèles réels ( dont , série B oblige, une poignée de bonnasses) si c'est pour nous refourguer un plateau de jeu dessiné par le petit frère du concepteur. Franchement çà fait tache. Surtout quand on compare à un plateau du style de celui d'Horreur à Arkham qui participe franchement à l'ambiance du jeu (  Horreur à Arkham: Présentation ). Et en plus, comme on peu le constater sur cette photo, les differents éléments n'ont pas les mêmes teintes ( le vert du pleateau central etant plus "profond"). En fait on a l'impression que les pieces en L sont "floues". Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est fait expres pour accentuer le centre de l'aire de jeu. Non, non... C'est juste une combo:  controle qualité tout moisi + urgence pour sortir le truc... Le genre de choses que je ne passe pas chez les éditeurs "installés" mais qu'on tolérera pour le premier jeu d'un "nouveau".

 

_ Les fiches de persos suscitées, cartonnées et de taille respectable. Avec la zone de départ du personnage, une ou plusieurs aptitude spéciale propre, une ligne pour les marqueurs de blessure, une photo, deux « mots clefs » le caractérisant et une citation en rab pour l'ambiance. Grand luxe.

LNoE1 

 

Une des bonnasses délicieuses créatures dont je vous parlais plus haut: Jenny.jpg

 

 

_ Les cartes d’événement et d’équipement des héros.

Hero-card.jpg Hero-Deck-dos.jpg

 

 

_ Les cartes d’événement du joueur zombie. Claires, simples et là encore illustrées de photos.

zombie-card-front.jpgZomnie deck dos

 

 

_ Les divers jetons, gros et joliment illustrés.

Planche-pions-1.jpg 

 

 

_ Les fiches de scenarios, elles aussi cartonnées et au même formats que celles des heros.

LNoE2

 

 

_ Un livret de règle d'une vingtaine de pages, très clair, et là encore richement illustré de photos et exemples. La présence d'un glossaire sur la dernière page de couverture, ainsi que la simplicité des règles permettent de se passer du sommaire que l'on aurait malgré tout aimé y trouver.  

RB-1.jpg RB-2.jpg

 

_ Des cartes portant la séquence de jeu, recto hero/verso zombie.

_ Une brouette de dés ( bon pas vraiment une brouette, mais une bonne poignée, çà donne une idée du système de jeu, va pas falloir avoir mal au poignet).

 _ Et enfin, truc inutile s'il en est, un CD d'ambiance. Ca franchement... A la place ils auraient mieux fait de se payer un vrai dessinateur pour les plateaux de jeu...

 
Et comment qu'çà marche tout çà M'sieur ?

 
Et bien c'est plutôt simple.
Le jeu propose à une poignée de joueurs ( de 2 à 6 maximum) de revivre un scenario typique des films de zombie dans le même laps de temps nécessaire à la vision d'un de ces derniers.
Il faut noter que, quel que soit le nombre de joueurs autours de la table, il y aura toujours exactement 4 héros. Et donc, à 6 joueurs, il y aura deux joueurs zombie.

Un tour de jeu est composé d'une séquence « zombie » suivie d'une séquence « Héros ».

Le joueur zombie commence donc par ajuster le marqueur « soleil » ( une idée bien piquée à Dungeonquest:) qui sert tout bêtement de marqueur de tour.

Il pioche ensuite des cartes d’événement « zombie » jusqu'à en avoir 4 en main. Chacune de ces cartes d’événement, bien entendu hostiles à nos malheureux héros, portant l'ensemble des indications nécessaires à leur utilisation. Qu'il s'agisse de l'instant où on doit la jouer ou de son effet. Certaines, dont celle portant en partie le nom du jeu, étant particulièrement savoureuses.

Ensuite le JZ ( j’abrège joueur zombie hein... Ça me gave là...) determine s'il y a ou non apparition de nouveaux morts vivants.

Puis il bouge les creatures déjà en jeu en direction des survivants, avant de tenter de les dévorer lorsque c'est possible ( cf au corps à corps).

Enfin, s'il y a eu apparition de nouveaux zombies ceux ci sont placés sur le plateau de jeu.

Pour les héros le tour est comparable et se découpe en 4 phases : Mouvement, Échange d'équipement, Tirs, Attaques au corps à corps.

 

Lors de la phase de mouvement, un heros commence par lancer un D6 pour déterminer son potentiel de déplacement.

Dit comme cela çà peut choquer et sembler un poil trop aléatoire, mais en terme d'ambiance et de mécanisme induit c'est brillant. Effectivement, après avoir vu le résultat du dé de mouvement, le joueur a le choix entre effectivement déplacer son personnage ou fouiller la zone ou il se trouve. Ainsi si le dit héros est à l’extérieur il n'a d'autre choix que d'effectuer son mouvement, mais s'il est dans une construction ( hangar, boutique, maison etc...) il peut préférer chercher frénétiquement un objet pouvant l'aider plutôt que d'effectuer un déplacement trop court à son goût. C'est excellent ! Cela peut donner des séquences ou, un joueur à deux doigts d’être submergé, et sur le point de s'enfuir peut renoncer à son déplacement suite à un jet de mouvement malheureux, décider à la place de fouiller l'immeuble ou il se trouve en espérant trouver quelque chose ( une arme ou un événement) qu'il utilisera aussitôt pour se sortir de l'impasse.

Que cela marche ou pas, c'est pile poil dans l'ambiance recherchée.

A noter l'élégance de la taille des cases sur l'une des faces de la tuile centrale. En effet cette dernière représente d'un cote l’intérieur d'une grande maison et de l'autre un espace vert avec un puits au centre. Et bien sur ce dernier coté les cases sont 4 fois plus grandes permettant ainsi un déplacement beaucoup plus rapide, ce qui simule de manière simple et efficace la traversée d'une zone dégagée.

 

Ensuite, notre héros peut échanger du matériel avec un autre personnage se situant sur la même case que lui.

 

Puis il effectuera éventuellement une attaque à distance avant d'engager obligatoirement au corps à corps tout zombie se trouvant dans sa zone.

 

Il y a donc potentiellement deux phases de mêlée par tour de jeu. Sachant qu'en plus les zombies ont en gros 40% de chances de blesser un héros ( non doté d'armes de cc) alors que ce dernier a de l'ordre de 7% de tuer le dit zombie ( les 53% restants résultant en un match nul). Sachant qu'en plus lors de la phase de combat du joueur humain, un héros doit affronter tous les zombies présents dans sa zone ( contrairement à celle de la phase du JZ ou, s'il y a plusieurs humains dans la même case que les zombies, ceux ci sont répartis équitablement sur les héros).


La conclusion est plutôt simple pour les humains : « Si t'as pas de tronçonneuse fout le camp et vite !!! »
Bref, encore une fois le système de jeu est au service de l'ambiance et parfaitement dans l'esprit du truc.


Bon, inutile de vous dire qu'en plus sur les cinq scénarios proposés dans la boite quatre sont parfaitement dans le thème ( le cinquième étant un scenar de prise en main, marrant mais un poil moins adapté puisque trop orienté combat).


Ce qui au final nous donne une véritable perle. Un jeu simple, élégant, pas du tout calculatoire ( trop basé sur la chance diront certains optimisateurs maniaques ayant tendance à la sodomie de diptères) et dont les mécanismes servent parfaitement le thème. Un « must have » pour les amateurs du genre. C'est bien simple, on est clairement sur un « Hit » du niveau de « Betrayal at the house on the hill ». Excusez du peu...


Le seul reproche que l'on peut donc faire à ce jeu, c'est que ses éditeurs, malgré qu'ils aient été approché par « Asmodée » aient refusé de voir une version Française être distribuée dans l'hexagone.
Sans blague les mecs...

Faudrait peut être arrêter de péter plus haut de votre cul... On parle d'Asmodée là... Les cadors du domaine tout de même... Si c'est pas malheureux...

 

aplausos

_ Le Matos luxueux

_ Le systeme de jeu

_ L'ambiance 

   
 deprime-triste-29423

 _ Pas de version Française

_ Nan sans dec... Avec des gus comme Asmodée sur le coup... Ca fout les boules... 

_ Le plateau de jeu dessiné par Kevin 8 ans et encré par sa petite soeur... 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article